au pays de Dieu, Douglas Kennedy

Publié le par surletagere

au-pays-de-dieu-douglas-kennedy-bernard-cohen-9782266199186.gif  Aaaaaah, Douglas Kennedy! L'auteur qui m'a fait chialer comme une otarie  m'émouvoir sur le sort de ses personnages impuissants face à leur environnement. Alors quand en plus, j'apprends que non seulement Douglas écrit de belles histoires, mais qu'en plus il a fait des enquêtes qu'il relate dans deux de ses écrits, je fonce vérifier ça de mes yeux et continuer ma collec' de fan. J'ai choisi Au Pays de Dieu car son sujet d'investigation, la place de la religion dans le sud des États-Unis m'intriguait beaucoup.

   Tout au long de son périple au sein de la Bible Belt, Kennedy nous dépeint toute une galerie de portraits diverse et variée. Par ces rencontres, souvent étranges, il essaie de dresser un tableau le plus juste possible de l'infinité des croyances américaines: Temoins de Jéhovah, mormons, messe catholique façon hard rock ou rnb, guérison miraculeuse de maladies, de bégaiement, et même d'herpès.... Tout en étonnant le lecteur, et sans jamais juger qui que ce soit, l'auteur nous amène à voir la face sombre d'une économie cachée qui attire les foules. 

   Bien que ce ce récit ne soit pas une pure fiction, il se lit quand même très facilement si on le prend comme une juxtaposition de portraits. Ne cherchez pas une logique de progression tout au long du livre, il n'y en a pas, si ce n'est peut être le hasard des rencontres.

 

Extrait: " Une fois que les fidèles ont entonné à l'unisson du choeur en chasuble deux ou trois hymnes baptistes gentiment compassés, le pasteur a appelé en chaire sa fille de cinq ans, une blondinette au côté de laquelle il s'est assis sur une marche de l'autel, et il a commencé à parler du jeu de chat. sa fille jouait à chat avec ses amies après l'école, oui, mais ce que le pasteur Dortch avait remarqué -et elle s'en rendrait compte quand elle serait plus grande - , c'est qu'il y avait une remarquable ressemblance entre ce jeu innocent et le fait d'être "touché" par Jésus. Il a rappelé  l'histoire de cette femme, dans l'évangile de Saint Marc, soudain guérie de douze années de maux parce qu'elle avait touché le bas de la tunique de Jésus, Lui prouvant ainsi sa foi sans partage. quel rapport avec jouer à chat? me demanderez-vous. Eh bien, comme dans le jeu, lorsque l'on s'apprête à atteindre Jésus, on doit crier : "touché!" et proclamer ainsi sa totale confiance en lui.

    Il est revenu sur le sujet au cours de sa principale homélie de la matinée- "Soyez sans crainte, il vous suffit de croire"- une réflexion sur la nécessite du spirituel lorsque les solutions séculaires à nos problèmes ses sont révélés sans effet."

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article