le dalhia noir, James Ellroy

Publié le par surletagere

51WGXXXZC2L._SL500_AA300_.jpgCe livre part d'une histoire vraie: le meurtre de Betty short, alias le Dalhia noir, femme ténébreuse et prostituée à sesheures, dont le corps est retrouvé coupé en deux en 1947. tout le reste de l'histoire est de la pure fiction. Les deux policiers boxeurs, Lee Blanchard et Dwight Bleichert, surnommés le feu et la glace sont les témoins de l'effusion provoqué par ce meurtre. La découverte de ce corps de femme va marquer leur vie à tous les deux.

  Tout d'abord, je ne saurais dire si c'est un livre que j'ai véritablement apprécié ou non. J'ai été extrêmement décontenancée. tout d'abord, parce que le Dalhia noir, qui donne son nom au livre, reste la grande inconnue de ce récit: nous n'en connaîtrons quasiment rien. Ensuite, parce que je m'attendais à une pure histoire policière, dans la lignée de celles décrites ici précédemment. cependant, Le dalhia Noir est plus un récit de la vie de Blanchard, Bleichert et de Kai, petite amie de Blanchard, sans cesse présente auprès des deux hommes.

  Ce roman est, pour moi, une des plus belles représentation du style littéraire américain contemporain. J'ai adoré me plonger dans ce Los angeles des années 50. Je ne pourrais pas dire que j'ai réellement été captivée par l'histoire, par contre, je pense qu'il fait partie de ces livres qu'il faut avoir lu au moins une fois afin de s'en faire une opinion personnelle.

 

 

Extrait: " Vivante, je ne l'ai jamais connue, des choses de sa vie, je n'ai rien partagé. elle n'existe pour moi qu'au travers des autres, tant sa mort suscita de réactions transparaissant dans le moindre de leurs actes. en remontant dans le passé, ne cherchant que les faits, je l'ai reconstruite, petite fille triste et putain, au mieux quelqu'un qui-aurait-pu-être, étiquette qui pourrait tout autant s'appliquer à moi. J'aurais souhaité pouvoir lui accorder une fin anonyme, la reléguer aux quelques mots laconiques du rapport final d'un inspecteur de la criminelle, avec copie carbone pour le bureau du coroner, et quelques formulaires supplémentaires avant qu'on ne l'emmène à la fosse commune. La seule chose qui ne cadrait pas avec ce souhait, c'était qu'elle n'aurait pas voulu qu'il en fût ainsi. Malgré la brutalité des faits, elle aurait désiré que tout fût connu. et puisque je lui doit beaucoup, puisque je suis le seul qui connaisse vraiment toute l'histoire, j'ai entrepris la rédaction de ce mémoire."

Publié dans policier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eimelle 14/12/2012 12:16

je l'ai lu cette année, j'avais eu un peu de mal à entrer dans cet univers particulier... mais au final, un bon souvenir!

surletagere 14/12/2012 12:18



oui pour moi aussi cela reste un bon souvenir, même si je ne sais pas si j'ai réellement apprécié ou pas.



mazel 14/12/2012 10:48

voilà un lire que j'ai bien aimé... relecture ou pas en 2013 ?
bises

surletagere 15/12/2012 07:36



Je ne sais pas si je le lirai de nouveau en 2013. Il y'en a tellement d'autre à lire, et si peu de temps....